jeudi 15 mars 2018

Echallaoui Connection



Salah Echallaoui, président de l'exécutif des Musulmans de Belgique (E.M.B) piège la ministre de l'enseignement et la pousse à mentir!


Madame Schyns doit démissionner après avoir menti au député Écolo Doulkiridis.

Semsettin Ugurlu: Un négationniste qui passe sans cesse entre les gouttes

Afbeeldingsresultaten voor semsettin ugurlu

Le négationniste Semsettin Ugurlu, (second à partir de la gauche), est nommé par Marie Schyns, inspecteur d'enseignement de la religion islamique (Ici, parmi les dirigeants de la Dyanet turque en Belgique)



Le 8 mars 2018, monsieur Doulkiridis interroge en commission de l'Education du Parlement de la Communauté française (Fédération Wallonie Bruxelles), la ministre de l'enseignement au sujet des procédures de recrutement des inspecteurs de religion islamique et lui demande pourquoi elle a pris l'initiative d'augmenter le nombre de ces inspecteurs de 3 à 4 unités.

Le député s'étonne dans sa question de cette décision ministérielle arguant qu'il ne comprend pas le motif de cette augmentation du cadre, puisque depuis 2 ans, les 750 enseignants de religion islamique ont vu leurs horaires d'enseignement religieux rabotés en raison de l'introduction du cours de philosophie et de citoyenneté.

La ministre Schyns s'est mêlé les pinces dans sa réponse et a commis la très grave erreur qui risque de lui coûter sa place, en affirmant que "prochainement, elle procédera à la nomination du 4 ème inspecteur de religion islamique.

Or, d'après nos informations, cet inspecteur avait déjà été nommé depuis un mois par madame la ministre.

Et il n'est autre que le très negationniste et antisémite Semsettin Ugurlu, ex président de l'exécutif des Musulmans de Belgique et avant cela, enseignant de religion islamique à Quaregnon.

En 2007, alors qu'il officiait comme enseignant de religion islamique à Quaregnon, il refusa net d'aborder avec ses élèves une animation proposée par la communauté française, liée au carnet d'Anne Franck.

Suite à ce refus, de nombreuses associations luttant contre le négationnisme et l'antisémitisme, dont le CCOJB, protestèrent auprès de la Fédération Wallonie Bruxelles, sans que cette institution ne prenne les mesures qui s'imposaient à l'encontre de cet enseignant.

On retrouvera quelques années plus tard ce cadre responsable des Diyanet turques en Belgique, comme président de l'Exécutif des Musulmans de Belgique.

En 2015, et après de nombreux problèmes intervenus en son sein, l'EMB démissione et de nouvelles élections sont organisées au sein des mosquées pour désigner un nouvel organe chef du culte musulman.

Deux grandes structures se mettent d'accord entre elles pour vérrouiller cette opération de renouvellement de l'EMB: Le Rassemblement des Musulmans de Belgique, présidée par l'inspecteur des cours de religion islamique Salah Echallaoui, soutenu et financé par le ministère des  Habous et des Affaires religieuses  marocaines et la Diyanet turque émargeant au ministère turc des Affaires religieuses.


Les mosquées tant turques que marocaines sont si bien encadrées par ces deux antennes qu'à l'arrivée, les pro état marocain et les loyaux à l'état turc se retrouvent, avec la bénédiction du minstre de la Justice Koen Geens et celle de l'Intérieur Joelle Miquet, en position de prendre en main la gestion de l'EMB

Accord secret entre Echallaoui et Ugurlu
Afbeeldingsresultaten voor Echallaoui
Salah Echallaoui, actuel président de l'EMB

A l'issue de ce scrutin tronqué, Echallaoui pour le Maroc et Ugurlu pour la Turquie, passent un gentleman agreement (un accord) secret pour se relayer à la tête de l'EMB: Echallaoui occupera les 3 premières années et Ugurlu rempilera pour terminer la seconde partie du mandat

La pression du Maroc est si forte sur Echallaoui pour le pousser à demeurer à la tête de l'EMB que l'actuel président tente de tout faire pour se maintenir à la tête de l'Organe chef du culte.

Il prend contact avec son remplaçant pressenti, le négationniste Ugurlu pour tenter de le soudoyer et de lui enlever, comme convenu,  l'envie de prendre la présidence de l'EMB.

Il lui propose de le "désigner" comme inspecteur de religion islamique.

UGURLU accepte l'offre.

Echallaoui se fait fort de convaincre, via ses canaux au sein du Cdh,  la ministre de l'Enseignement de procéder à l'augmentation du nombre des inspecteurs de religion islamique.


Nonobstant la diminution des heures d'enseignement de cette religion en raison de l'introduction d'un cours de philosophie et de citoyenneté, la ministre accepte la proposition d'Echallaoui.

Une fois le cadre des inspecteurs augmenté, Echallaoui s'est fait fort, en tant que président de l'EMB, de proposer à la fonction d'inspecteur, son allié UGURLU afin de le faire renoncer à réclamer la présidence de cet organe

La ministre Schyns le nomme en février dernier. C'est à dire bien avant d'avoir répondu au député Ecolo Doulkiridis:
"Je compte procéder prochainement à la nomination d'un quatrième inspecteur de religion islamique" .

Cerise sur le gâteau
------------------------- 

Pour choyer son allié turc et le récompenser d'avoir accepté de renoncer au mandat de président de l'EMB pour les trois prochaines années, Echallaoui s'associe au Diyanet turques pour la réalisation....en Turquie, de Manuels destinés à être des supports aux enseignants de religion islamique dans les écoles de la Communauté française (Lire la Capitale d'aujourd'hui)

Il invite tous ces enseignants, par une lettre circulaire à se procurer ses Manuels réalisés et diffusés par les soins des Diyanet turques.

Ce qui revient à dire qu'à l'insu des responsables de la Communauté française ou avec leur accord! les autorités turques ont réalisé et diffusé au sein de nos écoles, un programme destiné à nos enfants et recommandé par l'inspecteur de l'enseignement et président de l'EMB Echallaoui Salah.

Quand on sait que principal concepteur et financier de ces ouvrages n'est autre que monsieur Halife Haskin, agent des autorités turques en Belgique, celui là même qui a réalisé pour Ankara, une liste des principaux opposants à Erdogan etablis en Belgique, on est en droit de se demander à quel jeu joue Echallaoui qui s'acocquine avec la Diyanet et fait des affaires avec ce genre d'individus

On vient d'apprendre que le vice  président de l'Assemblée générale des Musulmans de Belgique Selim Topbaz vient de démissionner pour protester contre le non respect de l'accord passé entre Turcs et Marocains en 2015.

   https://bruxellois-surement.blogspot.be/2014/04/blog-post.html



mardi 20 février 2018

Deuxième dimanche d'octobre 2018

.
Écolo à Bruxelles



Quelques repères pour mieux appréhender le parti des verts!




Il est loin le temps où Nagy animait les débats au conseil communal de Bruxelles Ville et ceux du parlement régional

1- contrairement aux autres familles politiques traditionnelles (Chrétiens, socialistes et libéraux), Écolo comme le FDF "Défi"du reste, ne dispose pas d'un pilier socio économique et idéologique (syndicats, mutualités, associations de femmes ou de Jeunes...ou encore d'indépendants) susceptible de prolonger son action politique sur le terrain et de lui assurer un réservoir, pour ne pas dire une clientèle électorale

2- Écolo qui avait tenté par le passé et depuis sa naissance en 1982, de rivaliser avec les grands partis pour se situer en tête de peloton, a fini par intégrer son statut de parti d'appoint aux autres formations dominantes (le scrutin à un tour lui permettant de jouer ce rôle.)

C'est que quasi toutes les grosses pointures ayant porté ce parti sur les fonts baptismaux, ont quitté Écolo, décidé de se retirer sur leurs terres ou pour certains de cesser leurs activités politiques. (Morael, Defeyt, Daras, Pestat, Javaux, Uytebroek, etc...)

3- Faisant du slogan flou "Ni gauche, ni droite" une sorte de doctrine, les Verts, au niveau communal surtout, mais pas que!, ne rechignent pas à embarquer avec les autres partis démocratiques, quelles que soient les orientations ou les options idéologiques de leurs partenaires.

Sur son site, Écolo fait usage d'une escroquerie politique sans pareille.



La voix en off qui vante les mérites de l'action de ce parti au sein des majorités bruxelloises où siègent ses élus, attribue aux Verts, commune par commune, quasi toutes les réalisations positives engrangées par l'ensemble des partis des majorités auxquelles ils participent.

Que ce soit au niveau de l'enseignement, du logement, des CPAS ou d'autres secteurs concernés par l'action de ces majorités, c'est Écolo qui est "à la manoeuvre et qui conduit l'essentiel des politiques".

Enfin, le grand flop qui reste une sorte d'énigme pas du tout clair pour tous ceux qui s'intéressent à la vie de ce parti, demeure cette profession de foi appelée "Écologie politique".

Un vrai fourre-tout, ce "concept" n'a jamais réellement dépassé le stade du slogan avant d'être laissé de côté.

Aujourd'hui, Écolo siège dans 7 majorités.  Avec les libéraux à Etterbeek, Molenbeek et à Schaerbeek (aux côtés de l'affreux Nolsiste Guillaume )

Il se trouve allié du Cdh dans d'autres communes, avec DéFI et le PS également.

À Saint Josse, ce parti, allié au kleine Groen, reste très faible structurellement, puisque depuis de nombreux années, pas mal cadres et militants, pour de multiples raisons, l'ont quitté!

Mfeddal Zemmouri, Eric Jassin, Jawad Mantrach, Abdallah Boughaba, Azmani Matar, Kfaiti Radouane qui est passé discrètement au PS et bien d'autres, se sont retirés des rangs Verts.


Affiche en langue turque (Zoe Genot et Emre Sumlu)

Il n'empêche, le duo Mouhssin - Genot reste le "groupe" de l'opposition le plus actif de l'opposition ten Noodoise

Sans renoncer à garder un autre fer au feu, celui de parvenir un jour, à supplanter le très vicieux Jassin aux côtés de Kir.

Tant Genot que Mouhssin font de leur présence au sein du conseil communal ten noodois, - qui leur en  voudra?- un tremplin indispensable pour d'autres fonctions plus rémunératrices (Région et FWB).

Venant du Fédéral, Genot n'a t elle pas violenté comme Durant à Schaerbeek,  les statuts Verts pour pouvoir cumuler entre les fonctions de conseillère communale et de parlementaire régionale?

Mouhssin, lui, ne désespère pas de "récupérer" le siège de parlementaire que des manigances intra Écolo, lui ont subtilisé!

À Molenbeek, cela se présente mal pour Écolo et le Cdh, puisque de persistants bruits de couloirs PS (téléphone arabe notamment) font circuler la rumeur d'une éventuelle coalition MR-PS.

Dans cette commune, le divorce entre Écolo et Groen, réduisent sérieusement les chances écologistes, de se positionner utilement à l'issue du scrutin du 14/10/2018 et partant les chances de Turine de décrocher le poste de maïeurine.

À Schaerbeek, avec le départ de Khattabi, d'Essaidi et d'autres militants d'un Écolo, étouffé par les injonctions d'Isabelle Durant, la section tourne en rond et espère jouer, encore une fois, l'appoint à Clerfayt.



À Anderlecht, il est loin le temps où Drouart et consorts pesaient sur les décisions de la majorité.

La section 1070 est moribonde.

Reste Boitsfort qui figure dans la ligne de mire de DéFI et celle de la dynastie Payfa.

Des contacts accrus sont en cours par l'ancienne bourgmestresse et son bras droit Michel Colson, pour "descendre" l'actuel maïeur Écolo, Olivier Deleuze.

A Ixelles aussi, Ecolo a perdu de son influence depuis le retour en force du MR. Et rien n'augure de son come back le 14 octobre prochain. 

Yaron Pestat trouvant qu'il existe une  vie en dehors de la politique et Hescovici est aux abonnés absents 

Quant à Bruxelles 1000, Écolo ressemble à l'ombre de qu'il fut il y a 15 ans. L'ère Simons - Nagy constitue de l'histoire ancienne.

Nagy ayant fait les frais d'un putsch en bonne et due forme des dirigeants de la section pour avoir exprimé un avis non conforme au discours politiquement 
correct de la section 

Les récentes sorties musclées d'Ecolo contre le PS bruxellois à l'occasion des affaires Samu social et GIAL, augurent mal d'une possible alliance entre ces deux partis au lendemain du prochain scrutin.

Lundi prochain: Le PTB à Bruxelles

Il va de soit que vos avis et commentaires sont toujours les bienvenus 

lundi 12 février 2018

14 octobre 2018: des communales à très haut risque pour le Cdh..

.

La chute de l'empire Milquet

Le Cdh fut Milquet, de bout en bout


Elle est loin, très loin l'époque où le PSC (Parti social chrétien) faisait la pluie et le beau temps en Belgique, tant au niveau national que communal.

Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, le PSC domina outrageusement la scène politique belge avec son alter égo flamand le CVP.

Il était inconcevable d'imaginer un gouvernement national sans ce parti.

Quasi systématiquement, les premiers ministres belges en étaient issus.

La régionalisation et la communautarisation du pays fut l'une des premières causes du tassement des partis chrétiens en Belgique.

Puisque le CVP néerlandophone se sépara de son frère jumeau le PSC.

Au niveau communal bruxellois, le PSC - CVP raflait la mise un peu partout et constituait un élément d'importance pour les majorités municipales bruxelloises.

Le dernier règne social chrétien à Bruxelles-ville remonte à la succession du PS Hervé Brouhon, par le très folklorique PSC Michel Demaret, qui dut quitter le maïorat sur fonds d'affaires de corruption.

Durant les années 1970, c'est l'homme fort du PSC, le saucissier Paul Vandeboeynants, puissant premier ministre et chef de l'écrasant parti social chrétien, qui offrit Bruxelles aux grands promoteurs immobiliers.

Ceux ci vont modifier la physionomie de la Capitale en lui donnant l'aspect du Manhattan américain.

Puis arrive l'époque du déclin irrémédiable et des luttes intestines pour la reprise en main du parti catholique.

Les affaires Dutroux et Dyoxyne firent des ravages au sein de la direction de ce parti qui goûta à l'opposition au niveau fédéral.

Pour finalement voir émerger le dernier président de cette formation, le très jésuite et néanmoins roublard Gérard Deprez.

Mais le règne de l'actuel député européen ne fut pas très long.

Flair animal aidant, le dernier des Mohicans unitaristes, décida de placer aux commandes du parti religieux, celle qu'il avait pris sous son aile protectrice: la jeune et frétillante Joël Milquet.

Il quittera rapidement le parti pour laisser la jeune avocate Carolo aux commandes.

Celle-ci est convaincue dur comme fer que le vocable "Chrétien" braque plus d'un électeur francophone et entreprend de centrer et d'humaniser son bébé .

Le Cdh est né en 2001(Centre démocrate humaniste)

Mais Milquet ignorait que tous les partis démocratiques belges représentés au parlement se situaient à divers degrés, au Centre, en cela compris le PS et le PLP (actuel MR).

Un parti du Centre étant  en Belgique une vue de l'esprit.

Au début, cela prend et la nouvelle formation attire vers elle nombre de cadres venant des autres partis, mais surtout de la société civile.

L'ouverture outrancière vers les populations issues de la diversité ne donna pas les résultats escomptés.

Milquet mène le Cdh depuis le sabordage du PSC, d'une main de fer mécontentant au passage nombre d'édiles bruxellois du parti, surtout ceux émargeant à l'aile conservatrice, inquiets du vote communautaire massif en faveur de candidats arabo musulmans ou subsahariens.

Les leaders de Berchem Joel Riguelle, de Jette Hervé Doyen, de Schaerbeek Denis Grimberghs et ceux de Bruxelles Ville et Etterbeek furent les plus réticents à cette ouverture, surtout au niveau régional.

Les dents grincent et les animosités augmentent.

Milquet décide de tout. Impose au forceps ses choix politiques, ne se concerte que très peu avec ses élus et autres dirigeants du parti.

Elle crée son propre clan au sein du Cdh bruxellois et moyennant séjours gracieux au Maroc, offre à son caniche Fassi Fihri la gestion des sections bruxelloises

Beau hâbleur, hautain, arrogant et guère communicatif, ce fils de banquier et neveu de ministres marocains, foutra un bordel monstre au sein de nombreuses sections du PSC.

Sa propre section, celle de Bruxelles - Ville ne cessa de reculer d'élection à élection.

Mais le jeune loup aux dents pointues monte, toujours en remplacement de Milquet, devenue ministre de plein de choses.

Aujourd'hui, le Cdh de Milquet risque sérieusement de rater la barre des 5% lors des régionales de 2019.

Les sections sont en difficulté, et certaines ne résisteront pas à l'ère catastrophique de l'ex présidente du parti.

Schaerbeek, Saint Josse, Etterbeek, Ixelles, Bruxelles Ville, Saint Gilles, Evere risquent de boire la tasse le 14 octobre prochain.

Seules la section de Molenbeek, scotchée au plus offrant, celle d'Anderlecht faisant attelage commun avec le PS de Thomas, Jette et accessoirement Woluwé Saint Pierre, sont susceptibles de sauver les meubles.


Pour El Khannouss, Abaoud, que l'échevin connaissait bien, vétait "un garçon de bonne famille"



Cerexhe n'est pas assuré à WSP de rempiler.

DéFI  est décidé à récupérer la tête de cette commune historiquement FDF.

Quant à Berchem Saint Agathe, l'actuel maïeur risque le ballottage défavorable face à l'opposition décidée à le "descendre"

A Saint Josse, le petit potentat Cdh, Eric Jassin, l'homme qui a juré de faire le tour de la planète avec l'argent du contribuable, l'homme qui jumelle plus vite que son ombre, est dans les cordes après avoir licencié quasi tous les membres de sa section, s'apprête à embarquer avec Kir sur la liste du bourgmestre pour sauver sa peau....


Eric Jassin est l'échevin bruxellois qui aura le plus voyagé en usant des derniers publics de la commune la plus pauvre du pays (Tanger et Oujda au Maroc, Jérusalem, Vietnam, Eskisehir Turquie...J'en passe et des très lointaines contrées)

A Molenbeek, l'islamiste El Khannouss, qui n'inspire confiance à aucun parti tellement il a mangé sa parole, est dans une situation de burn out, je ne vous dis que ça! 



Milquet n'est pas du genre, bien que catholique, à aller à confesse et à avouer ses péchés d'autorité et de narcissisme.

Et pour tout dire: le Cdh bruxellois, sans leaders, sans icônes et sans repères idéologiques clairs, est un parti appelé à disparaître incessamment sous peu.

L'appoint qu'il a joué jusqu'à présent aux grandes formations bruxelloises, sera vite offert par Écolo et DéFI.


-----------------------------------------

Lundi prochain: Ecolo et ses chances aux communales de 2018


Vos avis et commentaires sont toujours les bienvenus mais sans injures ni agressivité gratuites



lundi 5 février 2018

Communales 2018 (3)

.
Aujourd'hui, points forts et carences du MR bruxellois


Le trop discret chef de file du MR à Saint Josse: Geoffroy Clerckx

Malgré les graves difficultés rencontrées par le PS, son rival direct, le MR peine à émerger à Bruxelles.

C'est plutôt Écolo, DéFI et dans une mesure moins importante le PTB qui profitent des affaires louches du parti d'Onkelinkx.

A cela il y a plusieurs raisons:

D'abord l'absence de grosses pointures bruxelloises MR, susceptibles de booster le parti au sein d'un électorat libéral à Bruxelles.

Ensuite, et c'est sûrement là où se situe le véritable talon d'Achille du MR: l'alliance "contre nature" de cette formation avec la NVA et le rôle de comparse que le parti de De Wever "accorde" aux libéraux au sein du gouvernement fédéral qui enlève toute crédibilité au MR.

L'affaire catalane et celle liée au dossier des migrants soudanais ont exhibé au grand public, la position "à plat ventre" qu'observent Charles Michel et Reynders face à Francken.

Didier Reynders qui lorgne pour la fonction de ministre président à la Région bruxellois, descendra t il dans l'arène lors des communales à Bruxelles?

Ceci étant et en dehors de deux ou trois sections bruxelloises de ce parti (Etterbeek, Koekelbergh et Uccle....) qui présentent une certaine stabilité, l'essentiel des groupes locaux semble résigné à jouer le second rôle à l'issue des communales 2018.

Et ce n'est pas Alain Courtois et Marion Lemesre, qui se sont tus dans toutes les langues lors de l'affaire du SAMU social, qui vont pouvoir défendre un bilan "honorable" à Bruxelles-Ville.

A Schaerbeek, le très médiocre Georges Verzin bat le beurre et se fait lâcher par ses troupes qui cherchent comme Latifa Ait Baala ou Abdellah Kanfaoui, d'autres horizons susceptibles de les accueillir.

Quant à Saint Gilles, Forest et surtout Saint Josse, la foi en l'avenir est très largement ébranlée

L'aristocrate Clerckx est sur une autre planète, s'agissant de son groupe liliputien d'opposition au sein du conseil communal de l'émirat de Saint Josse.

Il se contente d'applaudir le très dynamique groupe Ecolo -Groen, qui lui, tente de jouer son rôle sur les bancs de l'opposition.

A Evere, c'est également l'incertitude qui règne au sein de la section groupusculaire MR.

A Ixelles et à Anderlecht, le MR qui se trouve plus que jamais scotché au PS, sauvera probablement les meubles.

Mais ce n'est pas sûr pour Defourny à Ixelles

A Molenbeek, Schepmans qui imite Philippe Moureaux, dont elle fut l'élève loyale pendant deux législatures désastreuses, n'est pas sûre de pouvoir rempiler.

L'avertissement lui est venu de ses alliés d'Écolo, dont la cheffe de file Turine travaille dans l'ombre pour décrocher le maïorat futur.

El Khannouss n'hésitera pas à larguer Françoise si l'offre Écolo est plus alléchante.

Comme judas, il est difficile de trouver pareil à celui qui a trahi Moureaux en 2012.

D'autre part, les affaires Dedecker et Kubla ne manqueront pas d'occuper le devant de la scène lors de la campagne bruxelloise d'octobre prochain.

Last but not least, en tournant le dos aux électeurs nouveaux belges dont une large composante n'est pas loin de partager l'idéologie libérale (indépendants outrés par l'insécurité, jeunes cadres instruits ne d'identifiant plus au PS....), le MR commet une faute stratégique grave.

Le MR ne progressera pas lors des prochaines communales à Bruxelles.

Il est même candidat à un recul dans de nombreuses communes de la Capitale.



avec la bénédiction de Françoise Schepmans, Les Chiites pakistanais ont défilé en 2016, dans les rues de Molenbeek 



Lundi prochain: Le Cdh après Milquet!

Vos avis, opinions et commentaires sont naturellement les bienvenus.

mardi 30 janvier 2018

Communales 2018 (2)

.
 Un PS sans tête (s) et dominé par les communautaristes ...


Farida Taher, candidate vedette du PS  Molenbeek

Picqué est fatigué et sans envie de continuer à servir de Zorro au parti, se retire sur ces terres Saint Gilloises.

Moureaux lui, est achevé par les derniers attentats auxquels il a contribué en fermant les yeux sur les dérives islamistes dans sa commune.

https://bruxellois-surement.blogspot.be/2016/03/il-nest-pire-aveugle-que-celui.html

Voilà donc le PS bruxellois sans tête (s) et sans leaders fédérateurs et autoritaires.

Si on ajoute à cela l'échec cuisant de Laurette Onkelinkx à Schaerbeek et l'abandon de la section PS de cette commune à son triste sort et au très négationniste Özkara, par la résidente de Lasne, on peut dire qu'aujourd'hui, tous les ténors bruxellois de ce parti sont hors du jeu politique de la région.

Onkelinkx, qui en plus de sa déglingue schaerbeekoise, nous a légué son protégé bruxellois, le voleur des deniers des pauvres Yan Mayeur. 

D'abord en le plaçant à la tête du CPAS de Bruxelles Ville et ensuite en l'imposant comme maïeur, sans légitimité, à la tête de la commune la plus prestigieuse du pays.

Chacun connait la suite: Samu social, piétonnier, cumuls..etc.

Bien entendu, tant Laurette que Moureaux ont tout fait pour positionner leur progéniture utilement:

Julien à Saint Gilles (à l'affût du départ de Picqué) et Catherine Fatima Moureaux à Molenbeek, pour perpétuer la lignée bourgeoise des Moureaux.

Son père s'étant retiré à Villers la Ville pour calmer le jeu macabre auquel se sont livrés les terroristes molenbeekois.

Sauf  que Catherine n'est pas Philippe:

D'abord parce que c'est une femme...et qui ne porte pas le foulard. Et à Molenbeek chez les militants et la base du PS, cela compte.

Ensuite parce qu'un certain Ikazbane Jamal veille au grain. 
Lui qui a toujours et depuis qu'il n'est plus animateur aux parcs communaux (il n y a pas de sots métiers...subsidiés par la Région et la Communauté française), aspire à succéder au Mollah de la commune.

Mais ce dernier ne voulut jamais que ce fut un "immigré" qui accédât à cette fonction.

Alors, Jamal va tout faire pour apporter la démonstration pas l'absurde que ce n'est pas comme cela que les choses devraient marcher à Molenbeek. 

Et Catherine le sait!

A Anderlecht, Fadila Laanan qui se comporte comme la patronne de la section depuis qu'elle fut désigné ministre communautaire par Moureaux et Di Rupo, est amplement rejetée par sa section.

Elle vient d'annoncer "Ou tête de liste ou rien du tout!"



Et bien ce sera rien du tout...A moins que la secrétaire d'état aux poubelles ne revienne à de meilleures dispositions..

Puisque Tomas, de son prénom Eric, a déjà sa liste avec Fadila à la 5 ème position et a convenu avec le MR, la constitution d'une majorité pour les 6 années à venir (3 ans pour Eric - 3 ans pour Van Ghoitshoven).

A la STIB comme à Bruxelles Propreté, il me revient que le mot d'ordre des milieux allochtones est de boycotter Laanane.

N'avait elle pas déclaré que la société des Transports bruxellois était infestée d'affreux barbus intégristes ?

Avec Kir, Saint Josse sera toujours un émirat avec comme centre de gravité Ankara, l'ambassade de Turquie à Bruxelles et les Diyanet. 

La disproportion entre la présence des populations issues du monde musulman et le nombre d'élus 'musulmans" du PS  à Bruxelles est on peut plus flagrante.

Elle est même hallucinante (Saint Josse, Bruxelles Ville, Molenbeek etc.....)

Le PS que les sondages donnent amoindri à Bruxelles, sauvera la mise grâce aux stembloks ethniques.

Et l'ensemble des candidats sortants comme rentrants feront campagne dans les quartiers "immigrés" de la capitale.

En cela compris les très "laïques" Madrane et Laanane ou Saidi 

Laaouej, le porte parole du PS à la Chambre des représentants, sera tête de liste à Koekelbergh où il siège sans relief comme conseiller communal, à moins qu'il ne se décide enfin à débouler dans un territoire arabo musulman de Bruxelles.

Dans les entités situées en dehors des zones de concentrations arabo musulmanes, le PS boira, à n'en pas douter, la tasse.


----------------------------------------------------------------------------


Prochain article: Le MR à Bruxelles (lundi prochain)


Vos commentaires sont les bienvenus
















mercredi 24 janvier 2018

lundi 22 janvier 2018

Octobre 2018

.

Eléctions communales 2018


Tous les lundis et jusqu'à la veille du scrutin des communales d'octobre 2018, Bruxellois, sûrement (B.S) s'efforcera d'apporter à ses lecteurs, éclairages, analyses et outils d'information, susceptibles de les intéresser à l'actualité liée à cet important événement

Dans un premier temps, et avant d'aborder les situations prévalant dans chacune des 19 communes bruxelloises, les enjeux locaux intéressant les électeurs de ces entités, ainsi que les rapports de forces existant sur le terrain de chacune d'entre elles, BS abordera l'état des lieux de chaque formation bruxelloise dans la perspective de ces élections 

Aujourd'hui, une brève présentation de
    
DéFI 
La dynastie Maingain 
--------------------------------
"un parti sans sections locales" 


A Bruxelles Ville où il n y a guère, le FDF, par le nombre de ses élus, s'imposait dans les majorités gérant la plus prestigieuse des communes du pays, le parti de Maingain, conduit désormais par son rejeton, est moribond, pour ne pas dire plus.

Le fils du patron n'a pas réussi le pari de faire décoller la section amarante bruxelloise.

C'est davantage en tant que personnalités régionales très populaires que Gosuin à Auderghem et Clerfayt à Schaerbeek ont réussi à positionner le parti amarante de manière utile sur l'échiquier régional bruxellois

Maingain, lui, après un passage calamiteux au conseil communal de Bruxelles Ville où il a totalement raté son coup et démotivé les militants bruxellois dont bon nombre  se sont retirés sur la pointe des pieds, laissant derrière eux une section exangue, s'est auto-parachuté à Woluwé Saint Lambert à la tête d'une section, jadis florissante, dirigée par feu Georges Désir.

hormis les trois communes citées ci dessus, les sections bruxelloises, sous le règne de Maingain se sont effacées progressivement du paysage de la capitale. 

A Uccle et à Etterbeek ou à Ixelles où le FDF jouissait d'une grande popularité, il connait un déclin irrémédiable.

Dans les communes populaires du Bruxelles historique ( Saint Gilles, Molenbeek, Forest, Etterbeek, Evere, Ixelles, Anderlecht, et Jette ou Saint Josse ), DéFI connaît un déclin certain.

A Anderlecht, le petit potentat local, sans charisme et sans relief, le sieur Kestemont, a "réussi" à saquer la section anderlechtoise du parti, jadis florissante en chassant les figures historiques de la carrure de J.J Boelpaepe ou de  Deprez 

Les sections DéFI de la plupart des  communes Bruxelloises ne se réunissent guère ou très peu. Sauf au moment de la confection des listes.

Après le départ de sa cheville ouvrière Renard et de son successeur Nagant, le FDF de Saint Josse a été totalement oublié par Maingain, soucieux de sa propre ascension et de celle de son rejeton.

Ce parti s'est tout simplement écrasé à la commune d'Emir Kir.

Comme il a perdu son implantation légendaire à Watermael Boitsfort, où la dynastie Payfa s'est fait virer par Ecolo.

Ce fut une folie de la part de Maingain de tenter une nouvelle fois une implantation en Wallonie, au moment où la plupart des sections bruxelloises de ce parti sombrent dans le déclin. 

Récemment, l'essentiel des troupes namuroises de DéFI ont quitté Maingain, outré par ses pratiques dictatoriales, pour rallier la nouvelle formation Oxygène

La démarche de Maingain de tenter cette implantation wallonne, est dictée par un souci de vengeance à l'encontre du MR.

Comme si la vengeance pouvait constituer un programme politique.

A Schaerbeek, Bernard Clerfayt, se fout, comme de l'an quarante des ukazes de Maingain et pense seulement à sa carrière et à la réussite de son projet schaerbeekois.

Sommé par Maingain, en 2012, lors de la campagne électorale de revenir sur sa décision d'intégrer sur sa liste, des transfuges MR, Clerfayt a totalement ignoré la menace de son président visant à l'exclure du FDF.

Les sections locales bruxelloises peu présentes auprès des électeurs se tasseront lors du scrutin d'octobre 2018.


https://bruxellois-surement.blogspot.be/2015/11/revenons-un-petit-instant-au.html

https://bruxellois-surement.blogspot.be/2015/11/le-fdf-est-depuis-pas-mal-de-temps-un.html



mardi 21 novembre 2017

Les langues se délient.. ..à Anderlecht...

.
...au sujet des pratiques d'Alain Kestemont.


..Les langues se délient, ce qui pousse le blog Bruxellois sûrement à reporter la publication de l'article programmé pour la journée d'hier  

Cet article sera sur le blog vendredi 24 novembre courant.

En attendant je peux vous informer que le petit chef a mis à contribution des amis de madame Benmrah pour tenter de faire pression sur cette dernière.

Voici le contenu du SMS envoyé à une connaissance de Halina Benmrah, alors qu'il avait tout le loisir de la contacter directement:



"Bonjour Docteur. Désolé d'utiliser votre gsm mais j'essaie en vain de joindre Halina. Elle a publié in post sur sa page Facebook aujourd'hui qui va amener le parti et moi-meme à déposer plainte. J'aimerais lui éviter ca quoi qu'elle en pense. Pourriez-vous lui demander d'entrer em contact avec moi. Une solution était possible si elle n'avait pas, une fois de plus, couper les liens. Je vous remercie et vous assure de toute mon amitié".

Madame Benmrah trouve fort de café de voir ses amis mêlés à une affaire qui concerne des dysfonctionnements au sein d'une section politique de Défi.

De plus, il 'immisce dans la vie privée de la vice présidente de la section d'Anderlecht pour tenter de la déstabiliser.

Voici le SMS qu'il lui a envoyé sous forme de menace:

"Bonsoir Halina. J'ai toujours été correct avec toi comme avec tout le monde. Je ne te prends donc pas en traitre. Je t'informe que mon avocat déposera plainte demain contre toi avec constitution de partie civile. J'ai hésité par respect pour Allan et Michel mais tu as dépassé les limites du tolérable avec tes mensonges et je suis loin d'etre le seul à le penser. Bonne soirée"

La suite croustillante vendredi prochain

dimanche 19 novembre 2017